Lecture

De Force, de Karine Giebel

Si vous n’avez jamais lu un livre de Karine Giebel, je n’ai qu’un conseil pour vous : Foncez.

Bien sur, tout est subjectif, et peut être que vous détesterez autant que j’adore… Attention, elle va souvent très loin : rien de forcément très gore mais de la remise en question, toujours.

Chacun de ses romans est un choc, une gifle à chaque page. Les personnages sont tellement profonds ! La plupart du temps, lorsqu’on lit un livre, on s’imagine une partie des personnes que nous suivons au fil des lignes, et nous les connaissons dès le début. Mais le monde que crée Karine Giebel est aussi terrible que merveilleux. Les personnages sont complexes, et jamais exactement comme on les aimerait, comme on les imagine. Nous les découvrons au fil des pages, qu’on ne peut pas s’empêcher de tourner. Ils sont si complexes qu’il est impossible d’anticiper… Le suspense est là, à nous guetter… Nous empêchant d’arrêter notre lecture. Chacun de ses livres est différent, mais dans sa façon de jouer avec le suspense et nos émotions, on reconnaît sa signature. Elle est l’un des rares auteur dont j’ai aimé tous les livres, sans exception.

image

Aujourd’hui, je voudrais vous parler du dernier qu’elle a publié :

DE FORCE

Bienvenue dans le quotidien doré de la famille Reynier, bouleversé par l’agression de Maud. Vous y découvrirez l’envers du succès du Professeur Reynier, médecin au passé secret qui aime (trop) sa fille et (pas assez) son épouse. Grâve à l’aide de Luc, jeune homme fort et courageux, ils tentent de llutter contre l’inconnu.

« Elle ne m’aimait pas. Pourtant, je suis là aujourd’hui. Debout face au cercueil premier prix sur lequel j’ai posé une couronne de fleurs commandée sur internet. Car moi, j’ai voulu l’aimer. De toutes mes forces. De force. Mais on n’aime pas ainsi. Que m’a-t-elle donné ? Un prénom, un toit et deux repas par jour. Je ne garderai rien, c’est décidé. A part le livret de famille qui me rappelle que j’ai vu le jour un 15 mai. De mère indigne. Et de père inconnu. Lorsque j’arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d’entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée. Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu’un tabouret au centre de la pièce. J’essuie mes larmes, je m’approche. Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l’enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Écrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés. Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n’a plus aucune limite. La haine. Voilà l’héritage qu’elle me laisse. »

Les personnages son complexes et à aucun moment je ne me suis lassé de les découvrir. Chacun d’eux recèle de sombres secrets, des blessures, des fêlures, qui nous les rendent tantôt admirable et sympathique, tantôt antipathiques. Pourtant, alors que je vous écris et que je viens de terminer le roman, je me rends compte que je les aime tous beaucoup… C’est là la force de Karine Giebel : nous montrer le bon de personnages mauvais, et nous montrer le côté sombre des meilleurs.

Une montée en puissance au fur et à mesure que l’histoire se joue devant nous : qu’ont-ils fait, tous ? Comment s’en sortiront ils, tous ?

Jusqu’à la fin, je ne me suis pas douté des rebondissements qui se préparaient.

Un suspense insoutenable, une torture psychologique, l’expression de la haine. Découvrez ce qui peut détruire quelqu’un.

Si vous aimez les thrillers, les romans policiers, remettre en question l’image que vous avez des autres ou tout simplement lire : FONCEZ.

  • Qui est Karine Giebel ?

Née en 1971 dans le Var où elle vit toujours, elle a reçu de nombreux prix pour ses thrillers psychologiques. Après des études de droit, elle s’est essayée à différents emplois (pigiste, photographe, surveillante d’internat, …). En 2004, elle publie son premier roman, Terminus Elicius. Aujourd’hui, ses livres 8 livres sont traduits en 10 langues.

  • Bibliographie :

Terminus Elicius (2004)

Meurtres pour rédemption (2006)

Les Morsures de l’ombre (2007)

Chiens de sang (2008)

Jusqu’à ce que la mort nous unisse (2009)

Juste une ombre (2012)

Purgatoire des innocents (2013)

Satan était un ange (2014)

De Force (2016)