Travel

Quand on part en Erasmus…

Lorsque l’on part en Erasmus, ou dans un autre pays, une autre ville, un endroit qui change de notre quotidien, tout nous paraît différent. Une voiture de police, un bâtiment, un parc, … Tout semble nouveau et excitant.
Vous avez surement déjà vu le film « L’auberge Espagnol », ou Romain Duris (alias Xavier) part étudier un an à Barcelone. C’est ce film qui m’a donné envie de partir en Erasmus. C’est en pensant à ce film que j’ai cherché un appartement. Moi aussi je voulais une expérience hors du commun, me méler à des gens ayant des horizons différents des miens.
Un passage m’a particulièrement marquée :

« Quand on arrive dans une ville, on voit des rues en perspective, des suites de bâtiments vides de sens. Tout est inconnu, vierge. Voilà, plus tard on aura habité cette ville, on aura marché dans ses rues, on aura été au bout des perspectives, on aura connu ses bâtiments, on y aura vécu des histoires avec des gens. Quand on aura vécu dans cette ville, cette rue on l’aura pris dix, vingt, mille fois. Au bout d’un moment, tout ça vous appartient parce qu’on y a vécu. »

J’ai ressenti exactement la même chose lors de mon premier Erasmus en Pologne. Tout m’était inconnu, j’avais du mal à me repérer et aucune carte ne m’y aidait. Cependant, ces allées où j’avais du mal à me repérer sont devenues chez moi. Petit à petit, j’ai appris à les connaître de plus en plus, jusqu’à pouvoir m’y retrouver en pleine nuit un peu éméchée. Elles sont devenu mon quotidien, j’y ai rigolé, pleuré, déambulé, marché sous la pluie et discuté avec mes amis.

Cette sensation, j’ai la chance de la redécouvrir ici, à Alcoy, en Espagne. J’ai encore du mal à situer les endroits les un par rapport aux autres. Le simple fait d’aller à l’université ou faire des courses est un périple donc j’espère me souvenir toujours, alors qu’il ne me faut pas plus de 10 minutes de marche. Je profite donc du fait d’être perdue, je sais que cela ne durera pas. Le sentiment de découverte que j’ai fera bientôt place à l’habitude.

Erasmus in the sand