Fashion, Style

Immersion dans la Maison Christian Dior

Ce week-end, c’était les journées particulières de LVMH. Chaque année, durant 3 jours, le groupe ouvre les portes de ses entreprises au public partout dans le monde. Le temps de découvrir le savoir faire des différentes maisons, leurs symboles, leurs histoires.

En tant qu’employé du groupe LVMH, j’ai pu bénéficier d’un billet coupe file qui m’a permit de re-découvrir la maison Dior le temps d’une visite magique en évitant les 3h de queue. Et franchement, ça valait le détour!

 

Je pensais faire quelques story et les poster sur Instagram, mais compte tenu de la quantité de photos que j’ai prises et la beauté de ce que j’ai vu, j’ai finalement décidé de vous en montrer le maximum dans un article.

 

 

Tout d’abord, un peu d’histoire…

Christian Dior est né en 1905 à Granville, et il crée sa maison de couture assez tard, en 1946. On dit de lui qu’il a eu plusieurs vies, car il a été d’abord Galeriste puis illustrateur avant de se lancer dans la mode.   Il ne commence à travailler dans la haute couture qu’en 1938 d’abord chez Robert Piguet puis Lucien Lelong. En 1945, il rencontre Marcel Boussac qui croit immédiatement en lui, investit 60 millions de francs dans sa maison au 30 Avenue Montaigne, qui restera l’un des plus grands symboles de Dior.

Pourquoi ce lieu? Simplement parcequ’il est juste en face de l’un des plus grands hôtels de Paris, et qu’ainsi les dames n’ont qu’à traverser la rue pour essayer des toilettes.

C’est le 12 février 1947 qu’à lieu le premier défilé du couturier. Il dévoile une nouvelle silhouette qui tranche avec celle qui était devenue commune pendant la guerre: la taille devient de nouveau très marquée, la poitrine est haute et ronde, les jambes dissimulées à 40cm au-dessus du sol. Alors que pendant la guerre, le tissu était rare, les créations de Christian Dior nécessitent des mètres et des mètres des plus belles matières (d’où leur prix exorbitant au passage). Il rend aux femmes une féminité qui avait été effacée pendant les difficiles années de l’occupation, et ne cessera de vouloir leur donner envie de réveiller leur séduction. Lors de ce défilé, Carmel Snow la rédactrice en chef du Harper’s Bazaar dit « It’s quite a revolution, dear Christian ! Your dresses are wonderful, they have such a new look ! ». C’est cette phrase qui donnera le nom à ce nouveau courant de mode, connu encore aujourd’hui, le New Look.

 

 

Quelques détails sur Dior:

  • Christian Dior a grandit dans une maison entourée de jardins fleuris et gardera toute sa vie un amour pour les fleurs qui lui inspireront parfums et robes. Ses créations s’inspirent des pétales d’une rose, de la forme des tulipes, … Les fleurs restent omniprésentes dans toutes les créations du couturier.
  • Christian Dior était très superstitieux et avait toujours sur lui de nombreux grigris. C’est un symbole qui reste dans les créations de la maison: les grigris du sac Lady Dior, des petits détails rajoutés sur les vêtements ou les chaussures pour toujours porter chance et rappeler cette caractéristique du fondateur de la maison.
  • La maison a beaucoup de symboles qui sont omniprésents: les fleurs, les abeilles, le carnage (similaire à celui qu’il y avait sur les chaises de son premier défilé, et qui au passage rappelle la tour Eiffel), les portes bonheurs,…
  • Beaucoup d’éléments d’inspiration proviennent de l’époque de Louis XVI et de Marie Antoinette: que ce soir dans les couleurs, dans les formes des robes et des souliers, et même dans le mobilier et la décoration que vous retrouvez dans les boutiques.
  • Les couleurs principales de Dior sont le gris, le rose pale, le blanc, le rouge. Bien sur, beaucoup d’autres sont utilisées, mais celles-ci sont omniprésentes et forment l’ADN de la marque. Vous les retrouvez dans la décoration, aux parfum, dans le maquillage, dans les collections,…
  • Petite anecdote: il y avait toujours une robe rouge  au milieu des défilés de Dior, pour raviver l’attention, électriser le spectateurs…

 

Après cette loooongue introduction, je vous laisse découvrir les photos des ateliers… Tout commence par la montée des mythiques escaliers au fil desquels nous découvrons photos du passé et robes de l’actuelle Directrice Artistique Maria Grazia Chiuri (anciennement chez Valentino). Puis viennent divers ateliers qui montrent le savoir faire couture de la maison.

  

 

 

Les souliers:

Fais à la main et à Venise. Nous avons pu voir comment était confectionné le dernier modele iconique de la marque.

 

 

Les Sacs:

Et plus précisément démonstration et explication de la confection du fameux Lady Dior… réalisé pour Lady Diana.

 

 

La Mode:

Le terme « mode » à l’origine n’était utilisé que pour les modistes, ou les personnes qui fabriquaient les coiffes (et pas forcement les chapeaux, apparement ils n’aiment pas être confondus avec des chapeliers… attention!).

D’ailleurs je suis fan de la nouveauté, le petit béret avec voilette.

 

 

Le costume:

Ou les secrets derrière la réalisation de la fameuse veste du New Look.

Le petit secret: c’est une sorte de coussin placé de chaque coté de la taille qui permet de donner du volume et cette forme si particulière à cette veste.

 

 

Le plissage:

Un art qui nécessite une patience hors du commun… Le plissé est different pour chaque femme, et prend des heures et des heures à être réalisé. Il nécessite aussi des longueurs énorme de tissu…

 

 

 

La broderie

Un art qui prend du temps et qui se fait à l’aveugle, puisque tout se passe sous la « table ». La partie haute ne sert qu’à crocheter, et les perles apparaissent en dessous. Un travail long et surtout extrêmement précis et difficile.

 

 

Dior Enfant:

Bon, honnêtement qui ferait faire une robe de haute couture pour sa fille de 3 ans? Chacun son truc, mais sa reste tout de même très joli…

 

 

Les parfums:

Et surtout l’art du baudruchage, qui consiste à sceller un parfum à l’aide d’une membrane ce qui permet de s’assurer de son étanchéité et du fait qu’il n’ai jamais été ouvert. Peu de maison l’utilise encore…

Et bien sur, qui dit parfums dit jolis flacons et découverte de la collection des parfums d’exception…

 

Et surtout, la découvertes de créations sublimes dans la salles des miniatures où sont reproduites toutes les robes les plus emblématiques de la maison.